Archive | mars, 2012

Des séries en pagaille…

21 Mar

Quelques semaines déjà que je ne vous ai pas présenté mes dernières découvertes en matière de série TV.
Pourtant, trois séries ont retenu mon attention : The Killing, Six Feet Under et Homeland.


Six Feet Under n’est pas une nouveauté puisqu’elle a été diffusé de 2001 à 2005 aux USA. Elle met en scène une famille, les Fisher, possédant une société de pompes funèbres. On y retrouve, Mickael C. Hall (alias Dexter), jouant l’un des frères Fisher, gay et diacre (association pour le moins étonnante !), chargé de reprendre l’entreprise familiale après le décès de son père. Je n’ai visionné que la première saison de cette série pour le moment. Je ne peux donc pas vous donner mon sentiment sur l’ensemble.


Homeland est diffusée depuis fin 2011 aux USA. Elle met en scène une agent de la CIA, interprétée par Claire Danes, aux troubles bipolaires, persuadée qu’un militaire américain retenu par Al-Qaida et libéré lors d’une opération commando, présente un danger pour la nation. Si je n’ai pas été emballée par le scénario, le jeu de l’actrice principale est vraiment intéressant.


Enfin, ma série coup de coeur de cette sélection, The Killing. Adapté d’une série danoise et diffusé aux USA et en France, sur Paris Première, en 2011, cette série s’articule autour d’un meurtre d’une adolescente à Seattle, pendant la campagne électorale. Le temps gris et pluvieux, les personnages complexes, le deuil de la famille, les rebondissements dans le scénario… m’ont complètement emballé. Sorte de Twin Peaks avec le côté délirant en moins, on est complètement absorbé par cette enquête et par cette ambiance. Et puis, les masques tombent pour chacun des personnages… J’ai été tellement happé par cette histoire que j’ai même voulu voir la version danoise, bien décevante, par rapport à la série US.

http://www.youtube.com/watch?v=wqvkrviH8Hk

Publicités

Le râteau en amitié

19 Mar

Le Guide du râteau de Maïa Mazaurette et Arthur de Pins, aux éditions Fluide Glacial

La semaine dernière, j’ai testé pour vous (et bien malgré moi) le râteau amical… Un de mes crédos cette année est d’oser pour prendre davantage confiance en moi. C’est sur cette bonne résolution que j’ai osé, il y a quelques semaines, demander le numéro de téléphone d’une fille avec qui j’ai partagé quelques cours de préparation à l’accouchement. Nos enfants nés, nous nous sommes croisés de nombreuses fois au détour d’une rue. Avec l’envie de partager mon expérience de jeune maman et de me faire une nouvelle amie, j’ai un jour franchi le pas en demandant ce précieux numéro. J’ai senti l’autre maman enthousiaste de prime abord, bien que peut-être un peu gênée par cette demande. (Etrange monde où nous donnons sans trop de difficultés nos coordonnées à des sociétés commerciales pour participer à des jeux ou obtenir des réductions mais où sommes réticents pour les confier à un individu en chair et en os, avec qui un vrai lien peut s’établir). En y réfléchissant après, j’avoue avoir été un peu étonné qu’elle ne m’ait pas fait la même demande en retour, comme un échange, garantissant une envie de créer quelque chose. Je me souviens être tout de même rentrée chez moi très fière d’avoir franchi ce premier pas vers l’amitié.

Quelques semaines se sont passées et puis, vendredi, j’ai eu envie de franchir un autre pas vers cette personne. J’ai donc rédigé un sms, en pesant bien chaque mot pour éviter les interprétations douteuses et faire passer un message dynamique. Echec de l’envoi. Je persévère une fois, deux fois, puis trois… Echec de l’envoi.

Ni une ni deux, je pense au faux numéro de téléphone en trouvant cette option tout de même bien puérile. Alors, je compose le numéro pour en avoir le coeur net (cette action n’aurait pas été envisageable pour moi il y a quelques mois).

Elle répond. C’est moi qui me sent toute gênée d’avoir envisagé le faux numéro… J’en oublie mes bonnes manières et comme souvent les timides, je lui propose directement d’aller prendre un verre sans même un « Comment ça va ? Et ta fille ?… » Directe, elle me ramène à la réalité avec un « Je suis au travail ». Encore plus mal à l’aise, je me remémore le contenu de mon message initial et prends quelques nouvelles avant de lui proposer de nouveau de se revoir. Sa réponse me glace « Je ne suis pas disponible ce week-end, ni celui d’après…. Ça va être difficile jusqu’en avril au moins…. Je t’enverrai un sms quand j’aurai un peu plus de visibilité mais pour le moment, je n’ai pas de disponibilités… »

Je repense à ce moment-là au râteau amoureux et je souris au fond de moi. J’acquiesce au bout du fil tout en sachant que je n’aurai plus de nouvelles et mes espoirs d’une nouvelle amitié s’envole… Je termine mon bout de chemin en pensant à ce que j’aurai pu dire et puis finalement, est-ce que cela aurait changé quelque chose… Finalement, j’ai osé et j’en suis contente mais on ne gagne pas si facilement l’amitié d’un(e) presque inconnue… S’affirmer, c’est prendre le risque d’exprimer ses souhaits et donc aussi se préparer à ce qu’ils ne soient pas toujours satisfaits. C’est donc juste un premier pas vers d’autres demandes avec peut-être d’autres refus mais j’y arriverai à tisser des liens dans cette ville !

La magie de New York est-elle dans la box ?

16 Mar

J’ai reçu ce matin my Little Box sur le thème de New York et je souhaite partager avec vous mes appréciations sur son contenu.

Comme les autres Little Box, la petite boîte illustrée est ravissante. A l’intérieur, première surprise, le papier noir qui recouvrait les cadeaux a cédé place à un joli petit sac en toile épaisse dessiné par Kanako sur le thème de la box. Je le vois déjà dans ma valise pour protéger ou ranger quelques bricoles…

A l’intérieur du sac, je trouve un vernis à ongles Essie. Dommage pour moi, il est de couleur orange. Pas vraiment la teinte que j’ai l’habitude d’utiliser. Mais à essayer cet été avec des pieds bronzés. Ensuite, je découvre deux produits de la gamme de soins professionnels Redken pour les cheveux : un shampooing et un masque pour cheveux colorés. Dommage, je ne me colore pas les cheveux. Ceci dit, je suppose qu’ils sont très doux, nourrissants et protecteurs, ils seront sans doute très appréciés par mes cheveux ternes et secs après l’hiver… Enfin, une miniature de l’eau de toilette For Her de Narciso Rodriguez et une crème parfumée pour le corps de la gamme Essence du même parfumeur complètent ce colis.

J’avoue que je suis déçue par l’ensemble des produits. C’est la première fois depuis que je me suis abonnée à My Little Box. En même temps, je relativise en me disant que l’objectif de ces box est de tester de nouveaux produits et que chaque femme a ses propres particularités et souhaits en matière de beauté. C’est donc impossible de satisfaire à chaque envoi chacune d’entre nous. J’ai sans doute quelques copines qui seront, elles, ravies de tester ces produits.

Heureusement, les goodies m’ont, une nouvelle fois, complètement emballés. A chaque fois, ils permettent de se plonger dans l’univers de la Box. Les illustrations sont toujours aussi soignées. Bref, le plaisir est sans cesse renouvelé. Cette fois-ci, j’ai trouvé dans ma box des biscuits Oréo, un tatouage éphémère I love NY (comme dans les Malabars quand tu étais petit !), des cartes Paris vs New York dessiné par Vahram Muratyan, un city guide pour savoir où trouver le meilleur cookies de New York, les fringues de Carrie Bradshaw ou une messe gospel ! Enfin le petit Notebook est excellent (comme d’habitude) pour avoir un aperçu du style new-yorkais ou comprendre les règles des RDV amoureux !!!

Et j’oublie de vous dire que j’ai reçu par mail la playlist spécial New-York pour rêver en buvant mon café (http://www.mylittlebox.fr/playlist.html) !

En bref, une petite déception compensée par des goodies toujours aussi extra et c’est ça aussi qui fait My Little Beauty Box. Vivement le mois prochain !

mars 2012
L M M J V S D
« Fév   Mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031