Corps écarlate et petite fumée

18 Mai

Je dois vous avouer quelque chose et si je peux le faire facilement en mode virtuel, c’est un aveu que je ne pourrai jamais vous faire dans la vie réelle et pourtant tout mon corps vous crierais la vérité.
Peut-être vous aussi connaissez-vous ces petits moments où tout votre corps se manifeste contre votre gré. Je veux parler de ces moments où vous devenez rouge écarlate bien malgré vous…

Personnellement, cette situation ne m’arrive que dans trois moments bien identifié :
– si je pense que la personne en face de moi me voit comme une menteuse/voleuse. Par exemple, ça sonne au portique d’un magasin à votre passage. Vous n’avez rien volé mais le fait de penser que les autres peuvent le penser, bing, vous êtes toute rouge…
– je croise un homme que je connais et qui ne m’est pas indifférent (j’ai alors l’impression d’avoir 12 ans…)
– dernier cas de figure, quand la conversation dévie sur le cannabis et que je ne suis pas dans mon cercle amical…

C’est sur ce dernier cas de figure que je voulais m’exprimer. C’est idiot, ces 5 dernières années, j’ai tiré 2 fois sur un joint. Malgré tout, c’est une conversation qui me met extrêmement mal à l’aise. Quelque chose que je n’assume pas du tout dans la sphère professionnelle notamment. Quelque chose qui me gêne, que j’aimerai dissimuler, faire disparaitre. J’ai beaucoup fumé quand j’étais étudiante. Je voyais ça comme quelque chose de cool. Tous mes amis fumaient. De l’image de fille sérieuse, peut-être même un peu coincée, je suis devenue pour les autres (ceux dont je rêvais de faire partie de leur groupe) une fille cool. J’avais plein de nouveaux amis, un nouveau mode de vie, je sortais dans les festivals, les concerts… Je n’ai jamais tant reçu de cartes postales (ça fait ringard d’écrire ça maintenant et pourtant c’était une preuve d’intérêt matérialisée que d’en recevoir l’été) que ces années-là.

Puis, je me suis mise en couple et nous avons continué sur ce mode de vie. Mes sorties m’ont paru de plus en plus intéressées (pour obtenir de quoi fumer) et je n’ai jamais vraiment aimé fumé en groupe. Au fil du temps, j’ai trouvé ça bien moins drôle de dépendre de ça, de le cacher à mes parents, de dépenser mon argent ainsi…

J’ai arrêté sans difficulté. J’ai toujours eu peur d’être arrêté au volant pour ça (bien que je n’ai jamais conduit juste après avoir fumé, mais ses saloperies restent dans le sang longtemps après, il paraît). Dans le milieu professionnel déjà, ça me mettait mal à l’aise que quelqu’un puisse envisager à quoi j’occupais mes soirées…

J’ai repris un peu plus tard, célibataire. Idem, j’ai rencontré beaucoup de gens ainsi. Je me suis bien amusée. J’ai même rencontré mon mari à cette époque.

J’ai arrêté peu de temps après pour les mêmes raisons que précédemment. Je n’assumais pas dans mon milieu professionnel et n’avais aucune envie d’avoir des ennuis avec ça.

Ça fait 5 ans, peut-être plus, que je ne fume plus et pourtant le malaise, lui, est toujours resté comme si devais me justifier pour cette période de ma vie. Je ne sais comment tirer un trait sur tout ça. Je ne sais pas comment on assume ces erreurs. Est-ce en parlant de ce qui coince aux autres ? Je m’imagine mal lancer le sujet avec mes collègues ou supérieurs.

Avez-vous déjà connu ça et comment y avez-vous remédiez ?

Publicités

Des séries en pagaille…

21 Mar

Quelques semaines déjà que je ne vous ai pas présenté mes dernières découvertes en matière de série TV.
Pourtant, trois séries ont retenu mon attention : The Killing, Six Feet Under et Homeland.


Six Feet Under n’est pas une nouveauté puisqu’elle a été diffusé de 2001 à 2005 aux USA. Elle met en scène une famille, les Fisher, possédant une société de pompes funèbres. On y retrouve, Mickael C. Hall (alias Dexter), jouant l’un des frères Fisher, gay et diacre (association pour le moins étonnante !), chargé de reprendre l’entreprise familiale après le décès de son père. Je n’ai visionné que la première saison de cette série pour le moment. Je ne peux donc pas vous donner mon sentiment sur l’ensemble.


Homeland est diffusée depuis fin 2011 aux USA. Elle met en scène une agent de la CIA, interprétée par Claire Danes, aux troubles bipolaires, persuadée qu’un militaire américain retenu par Al-Qaida et libéré lors d’une opération commando, présente un danger pour la nation. Si je n’ai pas été emballée par le scénario, le jeu de l’actrice principale est vraiment intéressant.


Enfin, ma série coup de coeur de cette sélection, The Killing. Adapté d’une série danoise et diffusé aux USA et en France, sur Paris Première, en 2011, cette série s’articule autour d’un meurtre d’une adolescente à Seattle, pendant la campagne électorale. Le temps gris et pluvieux, les personnages complexes, le deuil de la famille, les rebondissements dans le scénario… m’ont complètement emballé. Sorte de Twin Peaks avec le côté délirant en moins, on est complètement absorbé par cette enquête et par cette ambiance. Et puis, les masques tombent pour chacun des personnages… J’ai été tellement happé par cette histoire que j’ai même voulu voir la version danoise, bien décevante, par rapport à la série US.

http://www.youtube.com/watch?v=wqvkrviH8Hk

Le râteau en amitié

19 Mar

Le Guide du râteau de Maïa Mazaurette et Arthur de Pins, aux éditions Fluide Glacial

La semaine dernière, j’ai testé pour vous (et bien malgré moi) le râteau amical… Un de mes crédos cette année est d’oser pour prendre davantage confiance en moi. C’est sur cette bonne résolution que j’ai osé, il y a quelques semaines, demander le numéro de téléphone d’une fille avec qui j’ai partagé quelques cours de préparation à l’accouchement. Nos enfants nés, nous nous sommes croisés de nombreuses fois au détour d’une rue. Avec l’envie de partager mon expérience de jeune maman et de me faire une nouvelle amie, j’ai un jour franchi le pas en demandant ce précieux numéro. J’ai senti l’autre maman enthousiaste de prime abord, bien que peut-être un peu gênée par cette demande. (Etrange monde où nous donnons sans trop de difficultés nos coordonnées à des sociétés commerciales pour participer à des jeux ou obtenir des réductions mais où sommes réticents pour les confier à un individu en chair et en os, avec qui un vrai lien peut s’établir). En y réfléchissant après, j’avoue avoir été un peu étonné qu’elle ne m’ait pas fait la même demande en retour, comme un échange, garantissant une envie de créer quelque chose. Je me souviens être tout de même rentrée chez moi très fière d’avoir franchi ce premier pas vers l’amitié.

Quelques semaines se sont passées et puis, vendredi, j’ai eu envie de franchir un autre pas vers cette personne. J’ai donc rédigé un sms, en pesant bien chaque mot pour éviter les interprétations douteuses et faire passer un message dynamique. Echec de l’envoi. Je persévère une fois, deux fois, puis trois… Echec de l’envoi.

Ni une ni deux, je pense au faux numéro de téléphone en trouvant cette option tout de même bien puérile. Alors, je compose le numéro pour en avoir le coeur net (cette action n’aurait pas été envisageable pour moi il y a quelques mois).

Elle répond. C’est moi qui me sent toute gênée d’avoir envisagé le faux numéro… J’en oublie mes bonnes manières et comme souvent les timides, je lui propose directement d’aller prendre un verre sans même un « Comment ça va ? Et ta fille ?… » Directe, elle me ramène à la réalité avec un « Je suis au travail ». Encore plus mal à l’aise, je me remémore le contenu de mon message initial et prends quelques nouvelles avant de lui proposer de nouveau de se revoir. Sa réponse me glace « Je ne suis pas disponible ce week-end, ni celui d’après…. Ça va être difficile jusqu’en avril au moins…. Je t’enverrai un sms quand j’aurai un peu plus de visibilité mais pour le moment, je n’ai pas de disponibilités… »

Je repense à ce moment-là au râteau amoureux et je souris au fond de moi. J’acquiesce au bout du fil tout en sachant que je n’aurai plus de nouvelles et mes espoirs d’une nouvelle amitié s’envole… Je termine mon bout de chemin en pensant à ce que j’aurai pu dire et puis finalement, est-ce que cela aurait changé quelque chose… Finalement, j’ai osé et j’en suis contente mais on ne gagne pas si facilement l’amitié d’un(e) presque inconnue… S’affirmer, c’est prendre le risque d’exprimer ses souhaits et donc aussi se préparer à ce qu’ils ne soient pas toujours satisfaits. C’est donc juste un premier pas vers d’autres demandes avec peut-être d’autres refus mais j’y arriverai à tisser des liens dans cette ville !

La magie de New York est-elle dans la box ?

16 Mar

J’ai reçu ce matin my Little Box sur le thème de New York et je souhaite partager avec vous mes appréciations sur son contenu.

Comme les autres Little Box, la petite boîte illustrée est ravissante. A l’intérieur, première surprise, le papier noir qui recouvrait les cadeaux a cédé place à un joli petit sac en toile épaisse dessiné par Kanako sur le thème de la box. Je le vois déjà dans ma valise pour protéger ou ranger quelques bricoles…

A l’intérieur du sac, je trouve un vernis à ongles Essie. Dommage pour moi, il est de couleur orange. Pas vraiment la teinte que j’ai l’habitude d’utiliser. Mais à essayer cet été avec des pieds bronzés. Ensuite, je découvre deux produits de la gamme de soins professionnels Redken pour les cheveux : un shampooing et un masque pour cheveux colorés. Dommage, je ne me colore pas les cheveux. Ceci dit, je suppose qu’ils sont très doux, nourrissants et protecteurs, ils seront sans doute très appréciés par mes cheveux ternes et secs après l’hiver… Enfin, une miniature de l’eau de toilette For Her de Narciso Rodriguez et une crème parfumée pour le corps de la gamme Essence du même parfumeur complètent ce colis.

J’avoue que je suis déçue par l’ensemble des produits. C’est la première fois depuis que je me suis abonnée à My Little Box. En même temps, je relativise en me disant que l’objectif de ces box est de tester de nouveaux produits et que chaque femme a ses propres particularités et souhaits en matière de beauté. C’est donc impossible de satisfaire à chaque envoi chacune d’entre nous. J’ai sans doute quelques copines qui seront, elles, ravies de tester ces produits.

Heureusement, les goodies m’ont, une nouvelle fois, complètement emballés. A chaque fois, ils permettent de se plonger dans l’univers de la Box. Les illustrations sont toujours aussi soignées. Bref, le plaisir est sans cesse renouvelé. Cette fois-ci, j’ai trouvé dans ma box des biscuits Oréo, un tatouage éphémère I love NY (comme dans les Malabars quand tu étais petit !), des cartes Paris vs New York dessiné par Vahram Muratyan, un city guide pour savoir où trouver le meilleur cookies de New York, les fringues de Carrie Bradshaw ou une messe gospel ! Enfin le petit Notebook est excellent (comme d’habitude) pour avoir un aperçu du style new-yorkais ou comprendre les règles des RDV amoureux !!!

Et j’oublie de vous dire que j’ai reçu par mail la playlist spécial New-York pour rêver en buvant mon café (http://www.mylittlebox.fr/playlist.html) !

En bref, une petite déception compensée par des goodies toujours aussi extra et c’est ça aussi qui fait My Little Beauty Box. Vivement le mois prochain !

Et si on avait déjà gagné au loto ?

22 Fév

L’autre jour, en triant des magazines, je suis tombée sur un vieux test visant à déterminer ses valeurs (ma vie est trépidante, je sais). « Que feriez-vous si vous gagneriez au loto ? ». Cette question, nous nous la sommes déjà tous posé au moins une fois. Voyager, acheter une maison, couvrir ses proches de cadeaux, monter son entreprise sont des réponses fréquentes. Pourtant, j’ai bloqué. J’ai eu beaucoup de mal à déterminer avec précision ce que je ferai. Peut-être parce que je ne conditionne pas mon avenir sur le résultat d’une loterie (surtout que je ne joue pas…) et que finalement beaucoup de ses souhaits me semblent accessibles.

L’un de mes meilleurs amis part dans la semaine à Tahiti. Il n’a pas gagné au loto. Il adore les voyages et part 2 fois par an à l’étranger. Pourtant, il n’a pas un salaire de ministre. Il est prof. Comment fait-il ? Il prépare minutieusement ses voyages et longtemps à l’avance. Il utilise, dans la plupart des cas, la formule du couchsurfing et traque les bons plans sur le net.

Acheter une maison, nous l’avons fait l’année dernière. Evidemment, nous avons un emprunt sur de nombreuses années et des travaux à prévoir mais nous avions envie d’avoir un vrai chez-nous. Nous avons fait une liste de nos impératifs (plein centre-ville, 3 chambres, un grand séjour), contacter un agent de courtage pour déterminer avec lui notre budget (cette opération est gratuite), multiplier les visites et finalement, un jour, est-ce la chance, la détermination ou le destin, l’occasion s’est présentée. Un duplex en plein centre-ville, 3 chambres, 1 grand salon et les plus : un jardin, un parking privé, un jardin d’hiver, 3 salles de bain…. Le tout exactement dans notre budget (qui n’a rien d’extraordinaire) ! Tout est allé très vite pour les papiers ce qui nous a permis de profiter du prêt à taux 0 (merci l’agent de courtage, tu as mérité ton 1% sur l’emprunt réalisé avec la grosse somme que tu nous as fait économiser grâce à tes bons conseils). Nous emménageons dans quelques mois.

Bref, tout ça pour dire que beaucoup de nos souhaits sont réalisables avec un peu de temps et d’organisation. Evidemment, gagner au loto accélère le processus mais se fixer des objectifs et les atteindre est quand même beaucoup plus gratifiant même si c’est long pour avoir le budget nécessaire.

Actuellement, je ne suis pas satisfaite par mon travail. Je ne peux pas me permettre financièrement de démissionner. Toutefois, j’ai un petit projet qui me trotte dans la tête depuis des mois… J’espère qu’il me permettra de quitter mon travail d’ici fin 2012…

Alors, pour moi, le bonheur c’est tout de suite. C’est notamment cette liste de tous les petits pas réalisés pour atteindre mes objectifs et les bons moments au quotidien…

La liste du bonheur

17 Fév
To-Do List 2008.08.30

To-Do List - One pretty thing - Flickr

J’ai arrêté les To-do Listes. Trop fatigant de voir toutes ces choses à faire. Trop culpabilisant car toujours tendance à vouloir en mettre trop et impossible (forcément) de s’y tenir. Et même les choses sensées être agréables consignées au milieu des corvées étaient vécues finalement comme telles…

Je suis passée à la liste du bonheur, c’est tout simple et ça change tout…
Au lieu de consigner ce que j’ai à faire, je liste tout ce que j’ai fait, aimé, cuisiné, lu, vu, etc. Juste une phrase ou quelques mots pour chaque chose. Parfois, j’ajoute l’émotion qu’y s’y rapporte. Bref, un condensé de toutes mes réalisations et moments agréables de la semaine. Ça demande juste 5 minutes le soir ou 2-3 fois dans la semaine pour résumer brièvement sa journée. Ça permet de relativiser certaines choses et d’apprendre à voir davantage les points positifs de sa journée.

Ce n’est pas grand chose mais ça a changé complètement mon regard sur le temps qui passe. Maintenant, quand j’ai un moment devant moi, je ne pense plus en terme de corvées à remplir, je me demande ce que j’aimerai faire vraiment. Tant pis, si la poussière n’est pas faite dans la journée. Ma seule priorité c’est de passer du temps avec ma fille avant ma reprise du travail. Et mon temps libre, j’ai juste envie de faire des choses qui me sont agréables.

Au final, je fais beaucoup plus de choses qu’avant. Je m’éparpille un peu moins et je sais davantage quelles sont les petites choses qui me comblent de bonheur (comme écouter de la musique, boire un chocolat chaud en lisant des magazines…). En plus, je vois mes résolutions se concrétiser à petits pas. Bref, que du bonheur !!!!

Un peu d’amour….

13 Fév

J’ai reçu ce matin ma Little Flirt Box, la beauty box de février de My Little Paris. Comme la dernière fois, je ne suis pas déçue, bien au contraire. Le colis est toujours aussi soigné.

A l’intérieur, un rouge à lèvre Rouge Caresse L’Oréal Paris (dans mon cas, n°301, je ne sais pas si nous avons toutes le même), un sérum anti-âge Forever Youth Liberator Yves Saint Laurent, une crème cachemire pour le corps Carita, un masque nutri-réparateur pour les cheveux Carita, un mascara Smoky Lash Make Up For Ever et une bougie relaxante Aromachologie L’Occitane (ou une crème pour les mains à la rose).

Je suis enchantée de pouvoir tester les produits Carita, surtout le masque pour les cheveux (les miens sont électriques, plats, tout moche en ce moment) et le sérum Yves Saint Laurent. Le rouge à lèvres ne me convient pas. En même temps, difficile pour ce type de produit de plaire à toutes. Je réessaierai cet été avec la peau bronzée ou mélangé avec un autre rouge…

Enfin, ce qui est pour moi, la vraie valeur ajoutée de ce colis, ce sont les goodies illustrées par Kanako. Le Little Notebook est un concentré d’idées autour du rencard et les produits du colis y sont également présentés. Le carnet des ex est une bonne idée pour faire naître la jalousie auprès de son conjoint (et ainsi mettre un peu de piment dans sa relation…). La petite enveloppe avec ses bons pour …. est amusante. J’adore les petites cartes, l’une donne une recette coquine (miam miam !) et l’autre, ma préféré, les différents scénarios d’un rencard (tout ce qu’il faut checker pour tout ce qui peut se passer). Ce sont vraiment ces petits détails qui me séduisent. Je suis comme une gamine quand je reçois mon colis, enchantée quand je découvre les produits et le bonheur se poursuit en lisant les carnets et cartes. J’ai hâte de tester tout ça !

Enfin, une fois n’est pas coutume, je souhaite terminer ce post en musique. Ce week-end, j’écoutais la radio sur Deezer (j’adore cette façon de découvrir ou redécouvrir des artistes à partir d’un chanteur(se) ou groupe que l’on apprécie) et plus précisément radio Aretha Franklin et je suis tombée sur ce morceau :

J’avais complètement oublié cette voix, en réalité, et j’ai trouvé ça bon. J’avais prévu de vous en parler aujourd’hui et j’ai vu les infos ce matin… Dommage, une grande voix et une très belle femme….

octobre 2017
L M M J V S D
« Jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031