Tag Archives: liban

Liban – Partie 2 – Baalbeck

15 Fév

 

Classé au Patrimoine de l’Unesco, le site de Baalbeck (ou Baalbek) est grandiose tant par sa taille que par la richesse historique. Il est composé de 3 temples gréco-romain, l’un pour Bacchus, considéré comme l’un des mieux conservé, l’un pour Jupiter dont il ne reste que 6 colossales colonnes et celui pour Vénus. C’est impressionnant de se promener au milieu de ces vieilles pierres et constater que malgré les guerres, la mémoire de ce lieu est resté préservé. J’ai toujours été très impressionnée par les monuments de cette ampleur et par la somme de travail fournie pour leur construction. De près, on peut voir les sculptures dans la pierre, le travail d’ornement. Bref, un site incontournable au Liban ! (Mon homme a même dû prendre une bonne centaine de photos ici… Toutes les pierres ont dû être photographiée !!! Bilan, plus de batterie pour faire des photos de Beyrouth ;))

 

Publicités

Le jour où Nina Simone a cessé de chanter

9 Fév

J’ai lu ce livre d’une traite tellement le récit est poignant. L’histoire commence par les funérailles du père de l’auteur. Athée au Liban, un pays où la religion tient une place très importante, Darina Al-Joundi fait la confession de son éducation. Son père, journaliste et écrivain, l’élève dans un rêve de liberté totale où tous les excès sont tolérés. Sa seul demande : qu’elle ne se lie jamais à aucune religion. Violence, drogue et sexe se côtoient dans le récit de sa jeunesse tumultueuse pendant les 15 années de guerre civile au Liban.

Ce texte met surtout en avant la liberté, liberté de penser, de culte, de la femme, sexuelle, et son prix. Comment vit-on dans un pays en guerre en pleine adolescence avec si peu de repères ?

L’auteur s’y dévoile sans pudeur. Son témoignage est vraiment intense, fière, très rythmé, scandé comme un ode à la liberté. Un véritable cri du coeur. Une lettre ouverte à son père.

Ce texte a été mis en scène au Festival d’Avignon et interprété par l’auteur elle-même.

 

 

Souvenirs du Liban – partie 1

2 Fév

Je suis partie au Liban en septembre 2009. Mon premier grand voyage. Un très bon souvenir et surtout l’explosion de tous les clichés véhiculés par la télévision.

Avant, je pensais que le Liban était un pays sec, aride, très poussiéreux. Un pays peu accueillant avec des gens armés partout. Ça peut paraître idiot mais ce sont les images que j’avais en tête avant d’atterrir à Beyrouth.

Arrivée de nuit en plein orage, ma première surprise a été de voir que les pancartes étaient écrites en arabe, en anglais et en français. Hé oui, le français est la première langue étrangère parlée au Liban. D’ailleurs, j’ai été très impressionnée de voir la simplicité avec laquelle les gens, surtout les jeunes, pouvaient passer d’une langue à l’autre au sein d’une même conversation.

Etonnant aussi, la diversité des paysages au sein d’un si petit pays (la taille du département de la Gironde !) : la montagne, la mer, les plaines, la forêt de cèdre (l’emblème nationale). On raconte même qu’il est possible d’aller se baigner le matin et d’aller faire du ski l’après-midi !

Le mot qui définirait le mieux le Liban, c’est la diversité. Des paysages comme évoqué plus haut, mais aussi religieuse (18 religions reconnues officiellement). Mosquée et église se jouxtent d’ailleurs dans le centre-ville de Beyrouth. Un signe de paix après la guerre civile qui a ravagé le pays pendant 15 ans.

 

 

 

octobre 2017
L M M J V S D
« Jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031